Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Phillipe nous fait l'honneur de nous conter son championnat. Voilà qui va donner envie à ceux qui n'ont pas osé y aller.

Photo0173.jpg

 

Championnats France ECHECS CAEN (16/08 – 27/08).

 

Licencié à l’UST E depuis une dizaine d’années je joue désormais en Reg 1 avec l’équipe 3 travailliste, lors des rondes interclubs, qui jalonnent les saisons. Les championnats de France se déroulant cette année à Caen, j’ai décidé de relever le défi, et donc de participer à mon 1ertournoi officiel. Si le résultat final ne fut pas à la hauteur, d’un strict point de vue comptable, je dois dire qu’une telle expérience mérite d’être vécue… Voici donc ce tournoi C (réservé aux 1500/1800) vu de l’intérieur, ronde par ronde…

 

Ronde 1 : Un stress insurmontable…

Il s’agit de mes premiers championnats de France, et cette ronde initiale va ressembler à un chemin de croix… Beaucoup trop tendu par l’enjeu, je commets une énorme bourde dès le 9éme coup, dans une sicilienne dragon (9. Cx Cc6 ??) . Résultat, un abandon peu glorieux en 15 coups contre 1 benjamine nîmoise, qui terminera tout de même à la 2èmeplace de cet open C.

 

Ronde 2 : Le syndrome Corse

J’affronte un membre du club d’Ajaccio, classé fide à 1702. Sur son 1ercoup (e4), je me risque à jouer ma 1èresicilienne du tournoi. Pas de chance… Autant j’avais vraiment bossé la Najdorf (n’est-ce pas NOLAN ?), autant je n’ai (toujours) rien compris à l’ALAPINE. Moins expéditive que la 1ère, cette seconde partie s’achève néanmoins par une défaite en 47 coups.

 

Ronde 3 : ZEITNOT FATAL

Avec les blancs, pour la 2èmefois en 3 jours, je suis apparié contre un joueur breton (1474), fort sympathique au demeurant. Pas question de tergiverser… Mon 0/2 m’oblige à réagir au plus vite, et j’opte donc pour un GAMBIT Ecossais (voir 1 MAX LANGE pour les connaisseurs). Ma fébrilité me fait perdre 1 pion au 10èmecoup, mais mon adversaire finit par se perdre en conjectures. Au 25èmecoup, il ne lui reste que 2 min à la pendule pour atteindre le contrôle de temps, et il finit par me donner sa dame au 36ème. Ouf…

 

Ronde 4 : Le Petit Poussin

Bizarre, je retombe sur un joueur d’Ajaccio, mais cette fois, le « client » a 7 ans !!! Renseignements pris, il s’agit du champion de France 2011, Petit Poussin. Au bout de trois coups, je suis déjà hors théorie… Au 8ème, c’est une Berezina, j’ai deux pions de retard ! Mais je m’accroche, et une « arnaque » de blitz plus tard, je récupère une qualité (Fou contre Tour). Le combat a changé d’âme et le petit poussin rend les armes au 42èmecoup. L’honneur est sauf, mais la morale ?

 

Ronde 5 : La loi du plus fort.

Avec mes 2/4, je me retrouve table 52, avec pour adversaire un type sérieux, appliqué, ne bougeant jamais de sa chaise. Une sicilienne et 27 coups plus tard, rien à dire, le plus fort a gagné. Bravo à lui.

 

Ronde 6 : Et une tôle de plus…

Ces jeunes n’ont décidément aucun respect… Encadrés par une armada de coachs, d’entraîneurs ou de préparateurs en tout genre, ils n’ont peur de rien, et surtout pas de leurs aînés ! Cette 6èmeronde ressemble, par la tournure des évènements, à la déroute de la 1ère. Normal que le résultat en fut tout aussi édifiant : défaite en 17 coups !

 

Ronde 7 : le Cauchemar

Sans nul doute, ma meilleure partie de ce tournoi, mais aussi la plus tragique de ma « carrière » échiquéenne. Après une ouverture tranquille, je prends progressivement l’initiative, pour forcer un échange favorable au 14èmecoup. J’ai les blancs et j’en profite pour porter l’estocade au 23èmecoup (Tx Dc6) qui gagne une pièce dans la foulée. Lorsque je gagne une seconde pièce au 34ème(Fx f8), la victoire est là. Je la sens… Elle me tend les bras, elle n’attend que moi. Et pourtant. Patatras… Ne comprenant pas l’obstination de mon adversaire, qui continue à jouer malgré ses 2 pièces de retard, je commets l’irréparable en blitzant mes derniers coups avant le 40ème. Résultat, je perds lamentablement ce match… Du coup, avec mes 2/7, je suis à deux doigts de quitter le tournoi, tellement cette défaite est difficile à encaisser…

 

Ronde 8 : Nulle de Salon ?

Après une déception aussi cruelle, comment envisager cette 8èmeronde contre un joueur fide, classé à 1532 ? J’ai les noirs et je décide de rentrer dans un Gambit MARSHALL, mais mon adversaire ne l’entend pas de cette oreille ! Du coup, j’échange tout et je fais nul en 20 coups. Comme le précisera une sommité, « …t’as au moins évité le double petit roque… » ça fait toujours plaisir…

 

Ronde 9 : Aux armes…

Face à une jeune joueuse lorraine, je suis rapidement en difficulté dans une sicilienne zarbie (avec a6 au 2èmecoup). J’ai encore les blancs, mais je passe mon temps à endiguer les attaques sur mon petit roque. Grâce aux imprécisions de mon adversaire je refais surface au 41èmecoup, et finit par conclure la paix quelques coups plus tard, au terme, cette fois d’une nulle de combat.

 

Ronde 10 : La Revanche

Il fallait bien que j’en explose un dans ce tournoi ! Pas de chance pour Leo, un jeune sociétaire du club d’Arsenal en Martinique, c’est tombé sur lui… Une défense Pirc rondement menée, et voilà le pauvre chérubin renvoyé à ses chères études. Abandon en 25 coups.

 

Ronde 11 : Défaite Interdite…

C’est déjà la dernière ronde de ce tournoi passionnant et il n’est pas question de s’incliner aujourd’hui. Hasard, coïncidence, je ne sais pas, mais je me retrouve confronté à une sicilienne dragon, comme lors de la 1èrepartie. Cette fois, pas question d’aller croûter ce foutu caval en c6. Grand roque, roi b1, je bétonne la position et la nulle est conclue au 28èmecoup.

 

Je termine donc cette compétition avec 4,5/11 ; soit 1 point de moins que mon objectif initial. Pour autant, je dois avouer que je me suis régalé d’avoir participé à un tel événement, et j’espère pouvoir en retirer un soupçon d’expérience pour les compétitions à venir ?

 

J’en profite également pour remercier mes coéquipiers de l’UST, Olivier, André et Yannick, qui m’ont « supporté » dans tous les sens du terme !!! Merci également au club, merci aux membres qui se sont déplacés pour nous encourager et témoigner de leur affection. Et enfin, merci à Alain D, pour sa constante bonne humeur, ainsi qu’à Delphine et Loïc pour les bons petits plats…

 

Phil Jega

Tag(s) : #championnats